Compte-rendu de la réunion du 25 février 1966

Image manquante
  

OUVROIR DE LA LITTERATURE POTENTIELLE

Circulaire n° 70

COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU 25 FEVRIER 1966

(Basque)

PRÉSENTS : J. Bens, R. Queneau, F. Le Lionnais, N. Arnaud, J. Queval, J. Lescure, Latis, J. Duchateau.

PRÉSIDENT : J. BENS.

Le Lionnais évoque les obsèques de notre irremplaçable ami A.M. Schmidt.

LATIS : Quand je pense aux recherches qu’il avait faites pour le Collège, j’en suis encore confus.

R. QUENEAU : J’ai écrit pour Réforme un article qui m’a été demandé en tant que membre de l’OuLiPo : A.-M. Schmidt avait su convaincre ses amis de l’intérêt de nos travaux.

J. DUCHATEAU : Nous sommes moins méconnus que nous le pensons.

N. ARNAUD : Etait-ce Mauriac ? (présent à la cérémonie)

R. QUENEAU : J’ai déjeuné avec lui, il y a peu de temps, il était moins tendu.

J. BENS : Moins tendu ?

R. QUENEAU : Oui, plus…

J. QUEVAL : Vous voulez dire moins jeune ?

N. ARNAUD : C’est ce que je pensais.

J. BENS : Bref, Queneau est au parfum. Nous sommes Frey.

Bravo unanime pour le Vian d’Arnaud qui signale dans Arts un texte dédié à Vian composé avec les mots rares du dictionnaire Seghers.

Latis signale l’existence d’un texte intitulé « les Elections » composé avec tous les pièges « orthographiques » de la langue française.

J. DUCHATEAU : Il faut lire, au Seuil, les formalistes russes.

R. QUENEAU : Et le Butor chez Gallimard.

Image manquante
  

Le Lionnais, à propos d’une conférence de Moreau, parle de Zipf (rang x fréquence d’un mot dans un texte = K. Exemple pris dans Ulysse : les mots d’un texte étant classés par ordre d’apparition, si le dixième mot apparaît 2653, nous aurons : rang 10 x fréquence 2653 = 26.530. Le millième mot apparaît 26 fois, d’où 1 000 x 26 = 26.000.)

Cette loi a été complétée par Mandelbrot et Guiraud qui font intervenir le nombre de phonèmes : les mots les plus courts étant les plus faciles à identifier et se trouvant affectés aux concepts les plus fréquents.

F. LE LIONNAIS : Il faudrait faire des textes anti-Zipf.

J. DUCHATEAU : On a essayé, en vain.

F. LE LIONNAIS : Il faudrait essayer de nouveau.

Quelqu’un dit 22.

J. BENS : ça, c’est la loi de Caille.

F. LE LIONNAIS : Je propose une nouvelle structure : l’immersion = deux figures immergées dans l’espace pour être raccordées. De même, un auteur prendrait deux auteurs différents et composerait un troisième texte.

LATIS : Il y a les trous du Satiricon comblés par Nodat.

F. LE LIONNAIS : Ce n’est pas de l’immersion.

LATIS : C’est remarquable.

Queneau signale qu’il a envoyé à chacun un Bopp ; et Latis annonce qu’il a découvert Polti remis au Secrétariat pour Braffort.

F. LE LIONNAIS : L’O.R.T.F. voudrait faire faire de l’art par les machines.

R. QUENEAU : Arnaud.

N. ARNAUD : Ce n’est pas moi.

J. QUEVAL : Les machines de l’O.R.T.F., pour me payer, doivent établir des cachets imaginaires.

J. LESCURE : J’ai trouvé un titre pour un film de Joannon : Papa, pas papa.

J. QUEVAL : Sous Bens c’est l’anecdote-reine.

J. BENS : Baba pas Baba.

Image manquante
  

R. QUENEAU : Deux invités : Mathews, romancier américain oulipien, Miclau, linguiste.

La Serveuse (à J. Bens) : Vous n’avez pas aimé ?

J. BENS : C’est pas moi. (C’était Queval.)

R. QUENEAU : Cafard

Latis annonce que Sa Magnificence ayant pris connaissance des travaux de Duchateau consacré à OHNET, a décidé de nommer Duchateau Régent de Diégématique.

Prochaine réunion : 4 avril 1966 – invitée : E. Genestoux.

A prévoir : réunion fin mai – invité : M. Leiris.

Le S.P.

J.D.

OUVROIR DE LA LITTERATURE POTENTIELLE

Circulaire n° 70

COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU 25 FEVRIER 1966

(Basque)

PRÉSENTS : J. Bens, R. Queneau, F. Le Lionnais, N. Arnaud, J. Queval, J. Lescure, Latis, J. Duchateau.

PRÉSIDENT : J. BENS.

Le Lionnais évoque les obsèques de notre irremplaçable ami A.M. Schmidt.

LATIS : Quand je pense aux recherches qu’il avait faites pour le Collège, j’en suis encore confus.

R. QUENEAU : J’ai écrit pour Réforme un article qui m’a été demandé en tant que membre de l’OuLiPo : A.-M. Schmidt avait su convaincre ses amis de l’intérêt de nos travaux.

J. DUCHATEAU : Nous sommes moins méconnus que nous le pensons.

N. ARNAUD : Etait-ce Mauriac ? (présent à la cérémonie)

R. QUENEAU : J’ai déjeuné avec lui, il y a peu de temps, il était moins tendu.

J. BENS : Moins tendu ?

R. QUENEAU : Oui, plus…

J. QUEVAL : Vous voulez dire moins jeune ?

N. ARNAUD : C’est ce que je pensais.

J. BENS : Bref, Queneau est au parfum. Nous sommes Frey.

Bravo unanime pour le Vian d’Arnaud qui signale dans Arts un texte dédié à Vian composé avec les mots rares du dictionnaire Seghers.

Latis signale l’existence d’un texte intitulé « les Elections » composé avec tous les pièges « orthographiques » de la langue française.

J. DUCHATEAU : Il faut lire, au Seuil, les formalistes russes.

R. QUENEAU : Et le Butor chez Gallimard.

Le Lionnais, à propos d’une conférence de Moreau, parle de Zipf (rang x fréquence d’un mot dans un texte = K. Exemple pris dans Ulysse : les mots d’un texte étant classés par ordre d’apparition, si le dixième mot apparaît 2653, nous aurons : rang 10 x fréquence 2653 = 26.530. Le millième mot apparaît 26 fois, d’où 1 000 x 26 = 26.000.)

Cette loi a été complétée par Mandelbrot et Guiraud qui font intervenir le nombre de phonèmes : les mots les plus courts étant les plus faciles à identifier et se trouvant affectés aux concepts les plus fréquents.

F. LE LIONNAIS : Il faudrait faire des textes anti-Zipf.

J. DUCHATEAU : On a essayé, en vain.

F. LE LIONNAIS : Il faudrait essayer de nouveau.

Quelqu’un dit 22.

J. BENS : ça, c’est la loi de Caille.

F. LE LIONNAIS : Je propose une nouvelle structure : l’immersion = deux figures immergées dans l’espace pour être raccordées. De même, un auteur prendrait deux auteurs différents et composerait un troisième texte.

LATIS : Il y a les trous du Satiricon comblés par Nodat.

F. LE LIONNAIS : Ce n’est pas de l’immersion.

LATIS : C’est remarquable.

Queneau signale qu’il a envoyé à chacun un Bopp ; et Latis annonce qu’il a découvert Polti remis au Secrétariat pour Braffort.

F. LE LIONNAIS : L’O.R.T.F. voudrait faire faire de l’art par les machines.

R. QUENEAU : Arnaud.

N. ARNAUD : Ce n’est pas moi.

J. QUEVAL : Les machines de l’O.R.T.F., pour me payer, doivent établir des cachets imaginaires.

J. LESCURE : J’ai trouvé un titre pour un film de Joannon : Papa, pas papa.

J. QUEVAL : Sous Bens c’est l’anecdote-reine.

J. BENS : Baba pas Baba.

R. QUENEAU : Deux invités : Mathews, romancier américain oulipien, Miclau, linguiste.

La Serveuse (à J. Bens) : Vous n’avez pas aimé ?

J. BENS : C’est pas moi. (C’était Queval.)

R. QUENEAU : Cafard

Latis annonce que Sa Magnificence ayant pris connaissance des travaux de Duchateau consacré à OHNET, a décidé de nommer Duchateau Régent de Diégématique.

Prochaine réunion : 4 avril 1966 – invitée : E. Genestoux.

A prévoir : réunion fin mai – invité : M. Leiris.

Le S.P.

J.D.

DM-2 (2)

25 février 1966

Basque

JB

JD

Eva Lassalle

Eva Lassalle

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Quisque lacinia, tortor et auctor dictum, sem lorem molestie nibh, elementum elementum augue felis sit amet ex. Curabitur consequat lacus dolor; at congue nunc sagittis in. Donec semper mi enim, nec commodo nunc rutrum at. Praesent molestie turpis elit, non porttitor elit laoreet quis. Sed faucibus nisi eget laoreet vestibulum. Vivamus in quam quis lacus scelerisque tempus ut non massa. Sed faucibus massa id orci fringilla, quis accumsan justo luctus. Etiam dapibus libero nisi, at commodo est congue ut. Ut pellentesque, justo et tincidunt elementum, diam nibh finibus massa, a efficitur velit diam sed nisi. Nulla at risus gravida, condimentum sem in, cursus elit. Etiam eget mattis justo. Curabitur rhoncus, ipsum malesuada pulvinar sagittis; quam lacus ullamcorper elit, et scelerisque odio arcu a nisi. Etiam hendrerit pellentesque sapien, eu porttitor odio faucibus et.