Compte-rendu de la réunion du 24 septembre 1965

Feuillets 6 à 7

Menu

Texte et image

Image manquante
  

Ouvroir de Littérature Potentielle

Circulaire n° 64

Compte-Rendu de la Réunion du 24 Septembre 1965

(Basque)

Présents : R. Queneau, Latis, Berge, Queval, Duchateau, Lescure, Schmidt, Bens.

Président : F. LE LIONNAIS.

On discute d’abord du timbre que Chapman a eu la gentillesse et la bonne idée de « mettre au point ». Le principe de la « Cène » est accepté après que Berge ait suggéré : « Bens devrait nous proposer un timbre qu’il signerait Rubens ».

Il sera demandé, néanmoins, à Chapman :

LATIS : Il faudrait que ce soit un peu plus abstrait.

TOUS : Oui.

LESCURE : A Bordeaux du 25 au 30 octobre, réunion Sigma. Y aura : Dufrêne, Goldman, Moles, Dumur, Lanoux, M.-P. Fouchet, Escarpitt, plus un tableau noir et des craies de couleur. J’ai été invité par Moles pour représenter l’Oulipo.

QUENEAU : L’OuLiPo doit sortir de l’ombre.

LESCURE : Alors j’y vais ?

QUENEAU : Si tu as le courage d’y aller, tu y vas.

LESCURE : J’aimerais mieux ne pas y aller seul.

LATIS : Il a peur de se faire casser la gueule.

LESCURE : Pour rigoler, il faut être au moins deux.

LE LIONNAIS : Par rapport à « Sigma » qui veut s’interroger sur les problèmes des langages et semble manifester, vis-à-vis de la littérature, un goût prononcé pour la littératron ou l’algoritatron, nous, à l’OuLiPo, nous faisons du structuratron. A propos, je vous conseille de lire le dernier numéro de Diogène.

QUENEAU : Je voudrais parler de l’aspect social de l’OuLiPo : en voyant un jardinier travailler, je me suis dit que notre « machinisme » venait au secours des intellectuels.

LE LIONNAIS : Peut-on, déjà, envisager un abaissement du prix des poèmes et une augmentation de la productivité ?

Image manquante
  

QUENEAU : Je voudrais donner un exemple de segmentation trouvé dans Paris-Jour : « Le propriétaire a pris peur.

Non seule men tilabais sélep rixdeslo

Non seulement il a baissé le prix des lo/cations mais de plus il a fait arrêter les travaux ».

QUEVAL : A Amboise (ce ne sera pas Amboise, voir plus loin) je parlerai des formes fixes dans le roman.

LE LIONNAIS : Faure met Bull à notre disposition. Il faut lui communiquer la liste des auteurs dont l’orthographe est fixée. Nos bords vont voir le jour.

LATIS : Je rappelle que l’OuLiPo s’est engagé à œuvrer pour les Subsidia. Queneau et Duchateau ont fourni un travail pour le premier numéro.

QUENEAU : Nous en reparlerons à Amboise (voir plus haut ou plus bas) ainsi que de la mort de Mouton.

Suit une longue discussion sur le mi-millénaire (à suivre). Aux dernières nouvelles, Blois, voire Chambord l’emportent sur Amboise.

De nombreux points n’ont pu être débattus : le mécano poétique (Lescure), la réforme du siècle, etc…

Prochaine réunion : Vendredi 29 octobre 1965, quelque part en France : Basque, 11, Université, 12h30.

Le S.P.

J.D.

Mosaïque
Texte

Ouvroir de Littérature Potentielle

Circulaire n° 64

Compte-Rendu de la Réunion du 24 Septembre 1965

(Basque)

Présents : R. Queneau, Latis, Berge, Queval, Duchateau, Lescure, Schmidt, Bens.

Président : F. LE LIONNAIS.

On discute d’abord du timbre que Chapman a eu la gentillesse et la bonne idée de « mettre au point ». Le principe de la « Cène » est accepté après que Berge ait suggéré : « Bens devrait nous proposer un timbre qu’il signerait Rubens ».

Il sera demandé, néanmoins, à Chapman :

LATIS : Il faudrait que ce soit un peu plus abstrait.

TOUS : Oui.

LESCURE : A Bordeaux du 25 au 30 octobre, réunion Sigma. Y aura : Dufrêne, Goldman, Moles, Dumur, Lanoux, M.-P. Fouchet, Escarpitt, plus un tableau noir et des craies de couleur. J’ai été invité par Moles pour représenter l’Oulipo.

QUENEAU : L’OuLiPo doit sortir de l’ombre.

LESCURE : Alors j’y vais ?

QUENEAU : Si tu as le courage d’y aller, tu y vas.

LESCURE : J’aimerais mieux ne pas y aller seul.

LATIS : Il a peur de se faire casser la gueule.

LESCURE : Pour rigoler, il faut être au moins deux.

LE LIONNAIS : Par rapport à « Sigma » qui veut s’interroger sur les problèmes des langages et semble manifester, vis-à-vis de la littérature, un goût prononcé pour la littératron ou l’algoritatron, nous, à l’OuLiPo, nous faisons du structuratron. A propos, je vous conseille de lire le dernier numéro de Diogène.

QUENEAU : Je voudrais parler de l’aspect social de l’OuLiPo : en voyant un jardinier travailler, je me suis dit que notre « machinisme » venait au secours des intellectuels.

LE LIONNAIS : Peut-on, déjà, envisager un abaissement du prix des poèmes et une augmentation de la productivité ?

QUENEAU : Je voudrais donner un exemple de segmentation trouvé dans Paris-Jour : « Le propriétaire a pris peur.

Non seule men tilabais sélep rixdeslo

Non seulement il a baissé le prix des lo/cations mais de plus il a fait arrêter les travaux ».

QUEVAL : A Amboise (ce ne sera pas Amboise, voir plus loin) je parlerai des formes fixes dans le roman.

LE LIONNAIS : Faure met Bull à notre disposition. Il faut lui communiquer la liste des auteurs dont l’orthographe est fixée. Nos bords vont voir le jour.

LATIS : Je rappelle que l’OuLiPo s’est engagé à œuvrer pour les Subsidia. Queneau et Duchateau ont fourni un travail pour le premier numéro.

QUENEAU : Nous en reparlerons à Amboise (voir plus haut ou plus bas) ainsi que de la mort de Mouton.

Suit une longue discussion sur le mi-millénaire (à suivre). Aux dernières nouvelles, Blois, voire Chambord l’emportent sur Amboise.

De nombreux points n’ont pu être débattus : le mécano poétique (Lescure), la réforme du siècle, etc…

Prochaine réunion : Vendredi 29 octobre 1965, quelque part en France : Basque, 11, Université, 12h30.

Le S.P.

J.D.

XML