Compte-rendu de la réunion du 2 juillet 1964

Image manquante
  

OUVOIR DE LITTERATURE POTENTIELLE

Circulaire no. 47

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU 2 JUILLET 1964

chez François LE LIONNAIS

En examinant les notes prises au cours du déjeuner boulonais du 2 juillet 1964 aux fins de rédaction d’un chapitre de travaux, je m’aperçois :

1) que n’ayant pas de mémoire, je suis embarrassé pour compléter mes notes ;

2) qu’ayant aussi bon appétit que d’autres (et spécialement chez le rétrape Le Lionnais) qui écrivent de la même main qui tient la fourchette, j’ai noté d’une façon énigmatique (et à cause de I. définitivement indéchiffrable) certains propos essentiels. D’autres non moins essentiels, étant figurés sur les feuilles par un simple blanc quoique de dimension variable…

En conséquence de quoi propose que chacun des Oulipiens qui pense à l’avenir, à communiquer Kékéchauz, (comme Queval) en remette les indications préalablement écrites au futur secrétaire que je ne serai pas.

Méprisant la fatalité séquentielle réelle de nos propos, je les classerai en catégories :

(1) communications consacrées à des travaux

(2) communications consacrées à des structures

(3) communications consacrées à des personnes

(4) propos à propos

(5) propos hors de propos.

(1) Raymond QUENEAU donne lecture de travaux d’amateurs (cf. pièces jointes  ), lesdits amateurs étant A) : François Sullerot qui s’est exercité sur des permutations (sur Poisson soluble) et B) : Roger Gentis sur l’application de la méthode M+-n au patalogue d’armes et cycles. Cf : pièces jointes   – ce qui donne en (4) à propos de A.

QUENEAU : Sans intérêt.

QUEVAL : C’est du bon Breton.

ARNAUD : C’est du bas Breton.

Image manquante
  

en (5) La philosophie dans le bougeoir (auteur inconnu)

en (4) Noël ARNAUD à propos de B : Pourquoi bonne ladite – parce que :

la voix populaire :

a. l’on voit à travers

b. on la connaît par chœur (ou cœur)

c. il s’agit d’objets.

A nouveau en (5) concernant le même : Jambon de basse Bretagne.

(2) Le rétrape LE LIONNAIS propose la création de CHIMERES

On appelle chimères pas seulement des êtres de la mythologie, mais des êtres de la biologie qui mélangent des cellules d’êtres différents (à ce que j’ai cru comprendre) en composant des tissus mixtes – chilères, et qui se tiennent.

Ainsi le mélange de deux textes (ou plus) sera la source de CHIMERES oulipiennes.

Par exemple : dans trois textes de l’I on retiendra subst. et petits

du 2 les adjectifs

du 3 les verbes.

(2) QUEVAL propose la méthode Peuh Boum (consiste à remplacer les mots faibles par Peuh, les mots forts par Boum. en (5) du même QUEVAL : la susceptibilité c’est la marque de l’être.

(2) du même QUEVAL : l’intérêt des poèmes en 3 14 15, c’est le refrain (refuse de s’expliquer, et ajoute) (probablement en (5) : Tous les régents des lettres ceux-là sont des cons. D’où l’on revient à :

(1) BRAFFORT signale 700 pages de variations de Jean Margat (mais je ne sais plus lesquelles) sur la formule de politesse aux pages :

“Prosterné aux pieds de votre Sainteté et implorant la grâce de sa bénédiction apostolique, j’ai l’honneur d’être, très Saint-Père, votre très obéissant serviteur et fils.”

(5) Pénurie des gens de maison déjà signalée au XIXe siècle.

(1) BRAFFORT propose d’établir une bibliothèque de base de l’OuLiPo ; recommande le litterstion d’Escarpit (Flammarion).

(4) Le Président Raymond QUENEAU chargé de réclamer des exemplaires pour les oulipiens.

(3) Claude BERGE : Ne pas décourager Jaulin, invité à penser à une structure. L’élèvera-t-on à la dignité d’exclave ?

LE CLEIC’H: L’abri era-t-on à l’indignité du “Figaro” (littéraire)? Il faut qu’il fasse au plus tôt ses travaux d’esclave.

Approbation générale.

Image manquante
  

(5) Hors de propos de la Belgique (programme examiné avec optimisme en fin de repas)

LE LIONNAIS : En août fais ce qu’il te ploûte.

LE LIONNAIS : Merde (?)

X : On va tomber sur un bec.

Y : C’est lui Bossuet de Nage

LE LIONNAIS : Nous Fléchier

BREF. : Si nous avons des prises de beck

LE LIONNAIS : Ça ferait des bosses.

ARNAUD : Deux pages.

UNE VOIX : Christian peuh-mon boum

X : Ah ! ah !

Y : Beck et pisse tolier

Z. : Beck le prose à tort.

Enfin :

(4) A propos de Belgique, dans toutes les cérémonies officielles Queval nous représentera – en uniforme.

(2) Une proposition pour chercher l’éloignement (L.L.) au lieu de l’assonance (J.Q.) modification du S+7 en S+10 pages + 7.

(5) Procédé Minouche, tout le monde rit, mais pourquoi bon Dieu !, pourquoi ?

(5) Jambe faible (Noël ARNAUD) et Braffort

(5) BRAFFORT : L’OuLiPo reste aux mots sexuels (???).

Par intérim :

Jean LESCURE.

OUVOIR DE LITTERATURE POTENTIELLE

Circulaire no. 47

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU 2 JUILLET 1964

chez François LE LIONNAIS

En examinant les notes prises au cours du déjeuner boulonais du 2 juillet 1964 aux fins de rédaction d’un chapitre de travaux, je m’aperçois :

1) que n’ayant pas de mémoire, je suis embarrassé pour compléter mes notes ;

2) qu’ayant aussi bon appétit que d’autres (et spécialement chez le rétrape Le Lionnais) qui écrivent de la même main qui tient la fourchette, j’ai noté d’une façon énigmatique (et à cause de I. définitivement indéchiffrable) certains propos essentiels. D’autres non moins essentiels, étant figurés sur les feuilles par un simple blanc quoique de dimension variable…

En conséquence de quoi propose que chacun des Oulipiens qui pense à l’avenir, à communiquer Kékéchauz, (comme Queval) en remette les indications préalablement écrites au futur secrétaire que je ne serai pas.

Méprisant la fatalité séquentielle réelle de nos propos, je les classerai en catégories :

(1) communications consacrées à des travaux

(2) communications consacrées à des structures

(3) communications consacrées à des personnes

(4) propos à propos

(5) propos hors de propos.

(1) Raymond QUENEAU donne lecture de travaux d’amateurs (cf. pièces jointes  ), lesdits amateurs étant A) : François Sullerot qui s’est exercité sur des permutations (sur Poisson soluble) et B) : Roger Gentis sur l’application de la méthode M+-n au patalogue d’armes et cycles. Cf : pièces jointes   – ce qui donne en (4) à propos de A.

QUENEAU : Sans intérêt.

QUEVAL : C’est du bon Breton.

ARNAUD : C’est du bas Breton.

en (5) La philosophie dans le bougeoir (auteur inconnu)

en (4) Noël ARNAUD à propos de B : Pourquoi bonne ladite – parce que :

la voix populaire :

a. l’on voit à travers

b. on la connaît par chœur (ou cœur)

c. il s’agit d’objets.

A nouveau en (5) concernant le même : Jambon de basse Bretagne.

(2) Le rétrape LE LIONNAIS propose la création de CHIMERES

On appelle chimères pas seulement des êtres de la mythologie, mais des êtres de la biologie qui mélangent des cellules d’êtres différents (à ce que j’ai cru comprendre) en composant des tissus mixtes – chilères, et qui se tiennent.

Ainsi le mélange de deux textes (ou plus) sera la source de CHIMERES oulipiennes.

Par exemple : dans trois textes de l’I on retiendra subst. et petits

du 2 les adjectifs

du 3 les verbes.

(2) QUEVAL propose la méthode Peuh Boum (consiste à remplacer les mots faibles par Peuh, les mots forts par Boum. en (5) du même QUEVAL : la susceptibilité c’est la marque de l’être.

(2) du même QUEVAL : l’intérêt des poèmes en 3 14 15, c’est le refrain (refuse de s’expliquer, et ajoute) (probablement en (5) : Tous les régents des lettres ceux-là sont des cons. D’où l’on revient à :

(1) BRAFFORT signale 700 pages de variations de Jean Margat (mais je ne sais plus lesquelles) sur la formule de politesse aux pages :

“Prosterné aux pieds de votre Sainteté et implorant la grâce de sa bénédiction apostolique, j’ai l’honneur d’être, très Saint-Père, votre très obéissant serviteur et fils.”

(5) Pénurie des gens de maison déjà signalée au XIXe siècle.

(1) BRAFFORT propose d’établir une bibliothèque de base de l’OuLiPo ; recommande le litterstion d’Escarpit (Flammarion).

(4) Le Président Raymond QUENEAU chargé de réclamer des exemplaires pour les oulipiens.

(3) Claude BERGE : Ne pas décourager Jaulin, invité à penser à une structure. L’élèvera-t-on à la dignité d’exclave ?

LE CLEIC’H: L’abri era-t-on à l’indignité du “Figaro” (littéraire)? Il faut qu’il fasse au plus tôt ses travaux d’esclave.

Approbation générale.

(5) Hors de propos de la Belgique (programme examiné avec optimisme en fin de repas)

LE LIONNAIS : En août fais ce qu’il te ploûte.

LE LIONNAIS : Merde (?)

X : On va tomber sur un bec.

Y : C’est lui Bossuet de Nage

LE LIONNAIS : Nous Fléchier

BREF. : Si nous avons des prises de beck

LE LIONNAIS : Ça ferait des bosses.

ARNAUD : Deux pages.

UNE VOIX : Christian peuh-mon boum

X : Ah ! ah !

Y : Beck et pisse tolier

Z. : Beck le prose à tort.

Enfin :

(4) A propos de Belgique, dans toutes les cérémonies officielles Queval nous représentera – en uniforme.

(2) Une proposition pour chercher l’éloignement (L.L.) au lieu de l’assonance (J.Q.) modification du S+7 en S+10 pages + 7.

(5) Procédé Minouche, tout le monde rit, mais pourquoi bon Dieu !, pourquoi ?

(5) Jambe faible (Noël ARNAUD) et Braffort

(5) BRAFFORT : L’OuLiPo reste aux mots sexuels (???).

Par intérim :

Jean LESCURE.

DM-1 (46)

2 juillet 1964

chez FLL

Erika HendrixCamille Vue

Chiara Mainardi

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Quisque lacinia, tortor et auctor dictum, sem lorem molestie nibh, elementum elementum augue felis sit amet ex. Curabitur consequat lacus dolor; at congue nunc sagittis in. Donec semper mi enim, nec commodo nunc rutrum at. Praesent molestie turpis elit, non porttitor elit laoreet quis. Sed faucibus nisi eget laoreet vestibulum. Vivamus in quam quis lacus scelerisque tempus ut non massa. Sed faucibus massa id orci fringilla, quis accumsan justo luctus. Etiam dapibus libero nisi, at commodo est congue ut. Ut pellentesque, justo et tincidunt elementum, diam nibh finibus massa, a efficitur velit diam sed nisi. Nulla at risus gravida, condimentum sem in, cursus elit. Etiam eget mattis justo. Curabitur rhoncus, ipsum malesuada pulvinar sagittis; quam lacus ullamcorper elit, et scelerisque odio arcu a nisi. Etiam hendrerit pellentesque sapien, eu porttitor odio faucibus et.