Compte-rendu de la réunion du 15 octobre 1963

Image manquante
  

OUVROIR DE
LITTERATURE
POTENTIELLE

Circulaire n°38

COMPTE-RENDU DU 15 OCTOBRE 1963

PRESENTS : Le Lionnais, Latis, Queval, Queneau, Duchateau, Lescure, Berge.

ABSENTS : Bens, Schmidt, Arnaud.

INVITE : Gross.

PRESIDENT : LESCURE.

Le Lionnais accueille en termes choisis, qui émeuvent les membres présents (voir plus haut) de l’OuLiPo, Gross : mathématicien, que nous vîmes à Cerisy, attaché à l’Institut B. Pascal, spécialiste de traduction automatique.

Gross : voir appendice – annexe I  .

La serveuse : un sauté de côté pour le petit salon.

LE LIONNAIS (enchaînant) : Existe-t-il des antiphonèmes pour tous les phonèmes, et ces antiphonèmes peuvent-ils se transposer en français ?

GROSS : Oui aux deux questions.

(Exercices pratiques des secrétaires) :

A = N S T Z D

N = O A

E = M F P V B

K = I U

O = N S T Z D

N = O A

QUENEAU : Les antirimes doivent-elles rimer ?

LE LIONNAIS : Il peut y avoir deux écoles.

QUENEAU : Déjà un schisme.

LE LIONNAIS : En même temps nous fondons la religion et le schisme.

QUENEAU : Queval va fonder une secte.

LE LIONNAIS : Il faut demander à Gross d’appliquer sa méthode au français

Le Président (n’a pas le temps d’ouvrir la bouche).

Image manquante
  

LE LIONNAIS : Il faudrait inviter Deweze le mathématicien. Il pourrait nous parler de la co-rime (ou con-rime ou corrime). La co-rime s’obtient en soustrayant un phonème au bruit blanc : la différence étant le co-phonème.

Le bruit-blanc, à l’instar du blanc fourni par toutes les couleurs, est le bruit formé par tous les sons.

Une voix (Bens peut-être) : Touslessonsysont ?

LATIS : Le bruit noir c’est le silence…

BERGE : Duchateau parle avec le bruit noir, Queval avec le bruit blanc.

Le Président (au secrétaire) : C’est noté ?

DUCHATEAU (la bouche pleine) : On…

LE LIONNAIS : Un secrétaire qui mange c’est un scandale !

Le Président : La parole à Queval pour les questions techniques.

QUEVAL : Je veux pas parler du technique, mais du rituel.

Le Président : Je te retire la parole.

QUEVAL : Je la garde, je parlerai de questions technuelles d’abord et ritniques ensuite. Il faut venger l’honneur de l’OuLiPo…

Stupeur générale.

Plusieurs voix : L’honneur de l’OuLiPo a été attaqué ?

QUEVAL : Non (Soupirs de soulagements.) Mais il est rituellement potentiellement attaqué. Il faut le venger rituellement. Je propose un dictionnaire des insultes ambiguës.

Le Président (touché de la grâce) : Ah ! mais, ah ! mais alors, peut-être bien en effet que… (suspens dans le formant) en réfléchissant Beaudin il a dit : les loupios de l’OuLiPo…

(Tout le monde est atterré.)

LATIS : A quelle occasion ?

Le Président : Sans occasion.

LATIS : Dans ce cas c’est un éloge.

Le Président : L’honneur étant sauf, je donne la parole à François Le Lionnais.

LE LIONNAIS : (Dans le compte-rendu n°36  , il est question de Verbeek). Je pense qu’il serait intéressant de demander à un peintre de talent de composer une carte-postale de L’OuLiPo qui s’inspirerait de la « méthode » de Verbeek.

QUENEAU : Il faudrait à l’envers reconnaître chacun de nous.

Une voix (intérieure) : Y compris les esclaves et cobayes potentiels.

QUENEAU : Carelman pourrait faire ça.

Image manquante
  

BERGE : Il nous faudrait aussi l’antiphonème de l’OuLiPo.

LE LIONNAIS : Et le Co.

Le président s’est totalement désintéressé de la question, laquelle se met à porter sur le bretzel et le pantalon (que en est un).

Le Président se réveille juste assez pour donner la parole à LE LIONNAIS sur le premier point des questions rituelles.

Le Régent LE LIONNAIS adresse des félicitations à l’encontre du régent un seul « L », tout le monde proteste, sauf le Président, il l’a déjà dit la dernière fois. Le régent LE LIONNAIS précise que c’est rituel.

Une voix : L’avenir est à nous.

QUEVAL ne prend pas la parole qu’on lui donne.

DUCHATEAU s’en empare et dit : ouvrez les guillemets, Esclave, fermez les guillemets. On suppute au sujet de Mademoiselle Elbaz. La discussion devient générale et censurée. Seules surnagent quelques voix « La Démocratie s’accommode de l’anarchie des esclaves ». Aristote (et non Latis), toujours du même : des « instruments travaillent par eux-mêmes » ; Arnaud « Ah les machines »…, Alcidamas « La nature ne fait pas d’esclaves », une voix « Nous ne sommes pas la nature », Hésiode (les femmes) « Piège-précipice aux parois abruptes et sans issues ».

Une voix : « L’avenir est à nous ».

Le Président (présidant) : Michel Bernard téléphonera à LE LIONNAIS.

LATIS : Quelle a été la réaction de notre future cobaye à l’annonce de sa nomination ?

LESCURE : Il a rougi.

LATIS : Le traître.

Le Président s’étrangle, mais se rate. LE LIONNAIS en profite pour prendre la parole sur Vatican II et le problème des diacres.

LATIS : Michel Bernard pourra finir comme diacre : on lui permettra de se marier.

Le Président rappelle qu’on doit donner à Blavier les textes d’un numéro de Temps Mêlés, sur Cerisy et l’historique de l’OuLiPo. QUENEAU, Duchateau et Lescure ont remis leur texte. Manquent : LE LIONNAIS, Berge et l’esclave Leclech’.

Queneau rappelle que Berge devait rédiger un texte reprenant son intervention lors de l’exposé du Satrape sur le calcul matriciel du langage.

BERGE : Il me faut un poète pour un exemple.

QUENEAU : Un exemple ? S’il en fallait, Le Lionnais ne parlerait jamais.

LE LIONNAIS (à Berge) : Je te vois.

QUENEAU : Ils se voient.

Le Président : Berge et LE LIONNAIS se voient.

Image manquante
  

Par acclamation, on décide d’inviter à la prochaine réunion Madame Blavier accompagnant son oulipien d’époux. LE LIONNAIS invitera M. Bernard.

La prochaine réunion est fixée au Jeudi 31 octobre, 12h30, ex-Basque.

Le Président : Cette prochaine séance sera consacrée à la préparation du tri-centenaire de l’OuLiPo.

QUENEAU : Tri-centenaire, comme W.S.

Le Président (à LE LIONNAIS) : Un bon mouvement.

LE LIONNAIS : Non

Le Président : Si

LE LIONNAIS (dans un souffle) : Si Shakespeare, je veux commentaires.

F I N

Pour les secrétaires provisoires :

Les Frères Tarots.

OUVROIR DE
LITTERATURE
POTENTIELLE

Circulaire n°38

COMPTE-RENDU DU 15 OCTOBRE 1963

PRESENTS : Le Lionnais, Latis, Queval, Queneau, Duchateau, Lescure, Berge.

ABSENTS : Bens, Schmidt, Arnaud.

INVITE : Gross.

PRESIDENT : LESCURE.

Le Lionnais accueille en termes choisis, qui émeuvent les membres présents (voir plus haut) de l’OuLiPo, Gross : mathématicien, que nous vîmes à Cerisy, attaché à l’Institut B. Pascal, spécialiste de traduction automatique.

Gross : voir appendice – annexe I  .

La serveuse : un sauté de côté pour le petit salon.

LE LIONNAIS (enchaînant) : Existe-t-il des antiphonèmes pour tous les phonèmes, et ces antiphonèmes peuvent-ils se transposer en français ?

GROSS : Oui aux deux questions.

(Exercices pratiques des secrétaires) :

A = N S T Z D

N = O A

E = M F P V B

K = I U

O = N S T Z D

N = O A

QUENEAU : Les antirimes doivent-elles rimer ?

LE LIONNAIS : Il peut y avoir deux écoles.

QUENEAU : Déjà un schisme.

LE LIONNAIS : En même temps nous fondons la religion et le schisme.

QUENEAU : Queval va fonder une secte.

LE LIONNAIS : Il faut demander à Gross d’appliquer sa méthode au français

Le Président (n’a pas le temps d’ouvrir la bouche).

LE LIONNAIS : Il faudrait inviter Deweze le mathématicien. Il pourrait nous parler de la co-rime (ou con-rime ou corrime). La co-rime s’obtient en soustrayant un phonème au bruit blanc : la différence étant le co-phonème.

Le bruit-blanc, à l’instar du blanc fourni par toutes les couleurs, est le bruit formé par tous les sons.

Une voix (Bens peut-être) : Touslessonsysont ?

LATIS : Le bruit noir c’est le silence…

BERGE : Duchateau parle avec le bruit noir, Queval avec le bruit blanc.

Le Président (au secrétaire) : C’est noté ?

DUCHATEAU (la bouche pleine) : On…

LE LIONNAIS : Un secrétaire qui mange c’est un scandale !

Le Président : La parole à Queval pour les questions techniques.

QUEVAL : Je veux pas parler du technique, mais du rituel.

Le Président : Je te retire la parole.

QUEVAL : Je la garde, je parlerai de questions technuelles d’abord et ritniques ensuite. Il faut venger l’honneur de l’OuLiPo…

Stupeur générale.

Plusieurs voix : L’honneur de l’OuLiPo a été attaqué ?

QUEVAL : Non (Soupirs de soulagements.) Mais il est rituellement potentiellement attaqué. Il faut le venger rituellement. Je propose un dictionnaire des insultes ambiguës.

Le Président (touché de la grâce) : Ah ! mais, ah ! mais alors, peut-être bien en effet que… (suspens dans le formant) en réfléchissant Beaudin il a dit : les loupios de l’OuLiPo…

(Tout le monde est atterré.)

LATIS : A quelle occasion ?

Le Président : Sans occasion.

LATIS : Dans ce cas c’est un éloge.

Le Président : L’honneur étant sauf, je donne la parole à François Le Lionnais.

LE LIONNAIS : (Dans le compte-rendu n°36  , il est question de Verbeek). Je pense qu’il serait intéressant de demander à un peintre de talent de composer une carte-postale de L’OuLiPo qui s’inspirerait de la « méthode » de Verbeek.

QUENEAU : Il faudrait à l’envers reconnaître chacun de nous.

Une voix (intérieure) : Y compris les esclaves et cobayes potentiels.

QUENEAU : Carelman pourrait faire ça.

BERGE : Il nous faudrait aussi l’antiphonème de l’OuLiPo.

LE LIONNAIS : Et le Co.

Le président s’est totalement désintéressé de la question, laquelle se met à porter sur le bretzel et le pantalon (que en est un).

Le Président se réveille juste assez pour donner la parole à LE LIONNAIS sur le premier point des questions rituelles.

Le Régent LE LIONNAIS adresse des félicitations à l’encontre du régent un seul « L », tout le monde proteste, sauf le Président, il l’a déjà dit la dernière fois. Le régent LE LIONNAIS précise que c’est rituel.

Une voix : L’avenir est à nous.

QUEVAL ne prend pas la parole qu’on lui donne.

DUCHATEAU s’en empare et dit : ouvrez les guillemets, Esclave, fermez les guillemets. On suppute au sujet de Mademoiselle Elbaz. La discussion devient générale et censurée. Seules surnagent quelques voix « La Démocratie s’accommode de l’anarchie des esclaves ». Aristote (et non Latis), toujours du même : des « instruments travaillent par eux-mêmes » ; Arnaud « Ah les machines »…, Alcidamas « La nature ne fait pas d’esclaves », une voix « Nous ne sommes pas la nature », Hésiode (les femmes) « Piège-précipice aux parois abruptes et sans issues ».

Une voix : « L’avenir est à nous ».

Le Président (présidant) : Michel Bernard téléphonera à LE LIONNAIS.

LATIS : Quelle a été la réaction de notre future cobaye à l’annonce de sa nomination ?

LESCURE : Il a rougi.

LATIS : Le traître.

Le Président s’étrangle, mais se rate. LE LIONNAIS en profite pour prendre la parole sur Vatican II et le problème des diacres.

LATIS : Michel Bernard pourra finir comme diacre : on lui permettra de se marier.

Le Président rappelle qu’on doit donner à Blavier les textes d’un numéro de Temps Mêlés, sur Cerisy et l’historique de l’OuLiPo. QUENEAU, Duchateau et Lescure ont remis leur texte. Manquent : LE LIONNAIS, Berge et l’esclave Leclech’.

Queneau rappelle que Berge devait rédiger un texte reprenant son intervention lors de l’exposé du Satrape sur le calcul matriciel du langage.

BERGE : Il me faut un poète pour un exemple.

QUENEAU : Un exemple ? S’il en fallait, Le Lionnais ne parlerait jamais.

LE LIONNAIS (à Berge) : Je te vois.

QUENEAU : Ils se voient.

Le Président : Berge et LE LIONNAIS se voient.

Par acclamation, on décide d’inviter à la prochaine réunion Madame Blavier accompagnant son oulipien d’époux. LE LIONNAIS invitera M. Bernard.

La prochaine réunion est fixée au Jeudi 31 octobre, 12h30, ex-Basque.

Le Président : Cette prochaine séance sera consacrée à la préparation du tri-centenaire de l’OuLiPo.

QUENEAU : Tri-centenaire, comme W.S.

Le Président (à LE LIONNAIS) : Un bon mouvement.

LE LIONNAIS : Non

Le Président : Si

LE LIONNAIS (dans un souffle) : Si Shakespeare, je veux commentaires.

F I N

Pour les secrétaires provisoires :

Les Frères Tarots.

DM-1 (37)

15 octobre 1963

JL

Maurice Gross

Eva Lassalle

Viviana Birolli

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Quisque lacinia, tortor et auctor dictum, sem lorem molestie nibh, elementum elementum augue felis sit amet ex. Curabitur consequat lacus dolor; at congue nunc sagittis in. Donec semper mi enim, nec commodo nunc rutrum at. Praesent molestie turpis elit, non porttitor elit laoreet quis. Sed faucibus nisi eget laoreet vestibulum. Vivamus in quam quis lacus scelerisque tempus ut non massa. Sed faucibus massa id orci fringilla, quis accumsan justo luctus. Etiam dapibus libero nisi, at commodo est congue ut. Ut pellentesque, justo et tincidunt elementum, diam nibh finibus massa, a efficitur velit diam sed nisi. Nulla at risus gravida, condimentum sem in, cursus elit. Etiam eget mattis justo. Curabitur rhoncus, ipsum malesuada pulvinar sagittis; quam lacus ullamcorper elit, et scelerisque odio arcu a nisi. Etiam hendrerit pellentesque sapien, eu porttitor odio faucibus et.