Compte-rendu de la réunion du 18 avril 1963

Image manquante
  

OUVROIR DE
LITTERATURE
POTENTIELLE

Circulaire n° 32

COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU 18 AVRIL 1963

(Chez Papille)

PRESENTS : Queneau, Arnaud, Latis, Le Lionnais, Lescure, Queval, Bens, Duchateau

PRESIDENT : LATIS

Le Lionnais invite tout d’abord le Président à maintenir une discipline de fer.

Puis, Lescure déclare avoir soumis un texte de Valéry sur le sonnet à la méthode S + 7 au moyen du N.P.L.I. Celui-ci, si renommé pour les Mots-Croisés, se révèle inutilisable pour les heptapolations (hé ! hé !). Le résultat est donc peu concluant, mais le Régent estime souhaitable de tenter de nouveaux essais avec S – 7 et S + 21.

Latis rappelle que le dictionnaire russe, appliqué à Cécil Saint-Laurent avait donné des résultats très intéressants.

Arrivée de Duchateau, discrète, mais remarquée.

LESCURE : On a rudement bien bouffé la dernière fois.

ARNAUD : ?

(Note : les notes du présent déjeuner mentionnent : « voir papier ». Je ne possède aucun papier. Nous ne saurons donc jamais ce qu’Arnaud a dit à ce moment-là. Mais il est déjà très intéressant de savoir qu’il a pris la parole. D’autant plus que les notes en question précisent.)

Emotion générale.

QUENEAU : M. Jacques Favart, du Séminaire de Linguistique Quantitative, a adressé une lettre de félicitations pour l’OuLiPo. (Pour la lettre, voir note ci-dessus et remplacer « papier » par « lettre ».)

LESCURE : Pourrons-nous publier d’autres Dossiers OuLiPo ? Car le premier ne donne qu’un échantillonnage de nos travaux, qu’une impression générale de ce qu’est l’OuLiPo. Il serait nécessaire de publier des travaux plus approfondis, plus complets, plus définitifs.

Latis, à cette question, répond affirmativement. Mais où sont nos travaux « plus approfondis » ?

Coitité générale.

QUENEAU : Un professeur belge m’a envoyé des sortes de Cent Mille Milliards de Poèmes faits par des petits Belges. En réalité, il s’agit de 5 poèmes de 12 vers chacun, dont les combinaisons ne peuvent donc conduire qu’à 512 poèmes différentes, soit : DEUX CENT QUARANTE QUATRE MILLIONS CENT QUARANTE MILLE SIX CENT VINGT CINQ (244.140.625), ce qui tout en étant fort respectable, est loin d’inquiéter, comme on le voit, le record précédemment établi par le Trt Satrape.

      Image manquante
        

      (On trouvera, comme on ne s’y attend guère, le texte de ces cinq poèmes en annexe  .)

      ARNAUD : Puisqu’on cherche des nègres, le bon nègre idéal, est celui que nous voyons à Paris, donc que nous pouvons avoir sans cesse sous la main. (Je ne dis pas sous la garcette.) Mais on pourrait imaginer, de surcroît, quelques nègres par correspondance.

      TOUS : D’accord.

      QUENEAU : Je vais leur envoyer un Dossier OuLiPo.

      LE LIONNAIS : Et tout cela contribue à prouver la nécessité de publier un volume des C.R.

      Silence gêné-général.

      ARNAUD (d’une voix étranglée) : La parole est au Président !

      QUENEAU : J’ai reçu une lettre de Chambers. Il m’envoie les bords des sonnets de Nerval.

      QUEVAL : Peut-on envisager une intersection entre l’OuLiPo et l’Art Artificiel ? Car il y a une certaine décade, à Cerisy, où…

      LE LIONNAIS : L’OuLiPo a déjà été invité ! Mais tout le monde s’est dégonflé. Alors !

      LATIS : Je ne comprends pas bien le sens du sujet. Qu’est-ce que la pensée artificielle ? Quelles différences faites-vous entre elle et la pensée vécue ?

      LE LIONNAIS : C’est expliqué dans le prospectus… Il s’agit de confronter

      1. les activités existant à l’intérieur des machines à traiter l’information (qui sont des « formes de pensée ») et les activités de la pensée vécue ;
      2. les œuvres faites par des machines et les œuvres faites par l’homme.

      LESCURE : Cerisy doit être envahi par l’OuLiPo pendant trois jours !

      ARNAUD : Il y aura déjà une invasion de musiciens ! A ce propos, le cas d’A.M est ennuyeux : il a repris les travaux de l’OuLiPo sans le citer !

      LESCURE : J’insiste pour que l’OuLiPo s’y rende en forces.

      On rappelle les dates : 14, 15, 16 et 17 juillet.

      ARNAUD : Il faudrait inviter Philippot avant.

      Accord général.

      Queneau, Lescure et Duchateau viendront sûrement.

      LESCURE : Peut-on changer l’emploi du temps et être là du 16 au 19 ?

      LE LIONNAIS : Vous chamboulez la logique !

      LATIS : Le Régent a une conception arriérée de la logique !

        Image manquante
          

          LE LIONNAIS : Les questions de traduction mettant en jeu des mots et des phrases, il est préférable de passer de celle-ci à la littérature, plutôt qu’à la musique. Mais enfin, je veux bien essayer de nous programmer le 16.

          ARNAUD : Rappelez-nous le programme ?

          Ce qui est fait.

          QUEVAL : Je retire la question que j’ai posée.

          Le rapport sera fait par Lescure, aux acclamations générales.

          QUEVAL : Est-ce que Cerisy nous rapportera un peu d’argent, comme Liège ?

          Approbations amusées, à peine ironiques.

          Arnaud fait une communication sur Tristan Derême. Puis signale l’existence du Solitaire de Montretout (cf. numéro de Bizarre à paraître prochainement).

          Bens lit une lettre de Mme Hirschberg qui doit venir prochainement à Paris. On confie au S.P. le soin d’avoir une entrevue avec elle. On lui donne carte blanche pour régler les questions en cours. Notamment :

          Prochaine réunion le JEUDI 30 MAI, également chez Papille.

          Y.M.

          OUVROIR DE
          LITTERATURE
          POTENTIELLE

          Circulaire n° 32

          COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU 18 AVRIL 1963

          (Chez Papille)

          PRESENTS : Queneau, Arnaud, Latis, Le Lionnais, Lescure, Queval, Bens, Duchateau

          PRESIDENT : LATIS

          Le Lionnais invite tout d’abord le Président à maintenir une discipline de fer.

          Puis, Lescure déclare avoir soumis un texte de Valéry sur le sonnet à la méthode S + 7 au moyen du N.P.L.I. Celui-ci, si renommé pour les Mots-Croisés, se révèle inutilisable pour les heptapolations (hé ! hé !). Le résultat est donc peu concluant, mais le Régent estime souhaitable de tenter de nouveaux essais avec S – 7 et S + 21.

          Latis rappelle que le dictionnaire russe, appliqué à Cécil Saint-Laurent avait donné des résultats très intéressants.

          Arrivée de Duchateau, discrète, mais remarquée.

          LESCURE : On a rudement bien bouffé la dernière fois.

          ARNAUD : ?

          (Note : les notes du présent déjeuner mentionnent : « voir papier ». Je ne possède aucun papier. Nous ne saurons donc jamais ce qu’Arnaud a dit à ce moment-là. Mais il est déjà très intéressant de savoir qu’il a pris la parole. D’autant plus que les notes en question précisent.)

          Emotion générale.

          QUENEAU : M. Jacques Favart, du Séminaire de Linguistique Quantitative, a adressé une lettre de félicitations pour l’OuLiPo. (Pour la lettre, voir note ci-dessus et remplacer « papier » par « lettre ».)

          LESCURE : Pourrons-nous publier d’autres Dossiers OuLiPo ? Car le premier ne donne qu’un échantillonnage de nos travaux, qu’une impression générale de ce qu’est l’OuLiPo. Il serait nécessaire de publier des travaux plus approfondis, plus complets, plus définitifs.

          Latis, à cette question, répond affirmativement. Mais où sont nos travaux « plus approfondis » ?

          Coitité générale.

          QUENEAU : Un professeur belge m’a envoyé des sortes de Cent Mille Milliards de Poèmes faits par des petits Belges. En réalité, il s’agit de 5 poèmes de 12 vers chacun, dont les combinaisons ne peuvent donc conduire qu’à 512 poèmes différentes, soit : DEUX CENT QUARANTE QUATRE MILLIONS CENT QUARANTE MILLE SIX CENT VINGT CINQ (244.140.625), ce qui tout en étant fort respectable, est loin d’inquiéter, comme on le voit, le record précédemment établi par le Trt Satrape.

          (On trouvera, comme on ne s’y attend guère, le texte de ces cinq poèmes en annexe  .)

          ARNAUD : Puisqu’on cherche des nègres, le bon nègre idéal, est celui que nous voyons à Paris, donc que nous pouvons avoir sans cesse sous la main. (Je ne dis pas sous la garcette.) Mais on pourrait imaginer, de surcroît, quelques nègres par correspondance.

          TOUS : D’accord.

          QUENEAU : Je vais leur envoyer un Dossier OuLiPo.

          LE LIONNAIS : Et tout cela contribue à prouver la nécessité de publier un volume des C.R.

          Silence gêné-général.

          ARNAUD (d’une voix étranglée) : La parole est au Président !

          QUENEAU : J’ai reçu une lettre de Chambers. Il m’envoie les bords des sonnets de Nerval.

          QUEVAL : Peut-on envisager une intersection entre l’OuLiPo et l’Art Artificiel ? Car il y a une certaine décade, à Cerisy, où…

          LE LIONNAIS : L’OuLiPo a déjà été invité ! Mais tout le monde s’est dégonflé. Alors !

          LATIS : Je ne comprends pas bien le sens du sujet. Qu’est-ce que la pensée artificielle ? Quelles différences faites-vous entre elle et la pensée vécue ?

          LE LIONNAIS : C’est expliqué dans le prospectus… Il s’agit de confronter

          1. les activités existant à l’intérieur des machines à traiter l’information (qui sont des « formes de pensée ») et les activités de la pensée vécue ;
          2. les œuvres faites par des machines et les œuvres faites par l’homme.

          LESCURE : Cerisy doit être envahi par l’OuLiPo pendant trois jours !

          ARNAUD : Il y aura déjà une invasion de musiciens ! A ce propos, le cas d’A.M est ennuyeux : il a repris les travaux de l’OuLiPo sans le citer !

          LESCURE : J’insiste pour que l’OuLiPo s’y rende en forces.

          On rappelle les dates : 14, 15, 16 et 17 juillet.

          ARNAUD : Il faudrait inviter Philippot avant.

          Accord général.

          Queneau, Lescure et Duchateau viendront sûrement.

          LESCURE : Peut-on changer l’emploi du temps et être là du 16 au 19 ?

          LE LIONNAIS : Vous chamboulez la logique !

          LATIS : Le Régent a une conception arriérée de la logique !

          LE LIONNAIS : Les questions de traduction mettant en jeu des mots et des phrases, il est préférable de passer de celle-ci à la littérature, plutôt qu’à la musique. Mais enfin, je veux bien essayer de nous programmer le 16.

          ARNAUD : Rappelez-nous le programme ?

          Ce qui est fait.

          QUEVAL : Je retire la question que j’ai posée.

          Le rapport sera fait par Lescure, aux acclamations générales.

          QUEVAL : Est-ce que Cerisy nous rapportera un peu d’argent, comme Liège ?

          Approbations amusées, à peine ironiques.

          Arnaud fait une communication sur Tristan Derême. Puis signale l’existence du Solitaire de Montretout (cf. numéro de Bizarre à paraître prochainement).

          Bens lit une lettre de Mme Hirschberg qui doit venir prochainement à Paris. On confie au S.P. le soin d’avoir une entrevue avec elle. On lui donne carte blanche pour régler les questions en cours. Notamment :

          Prochaine réunion le JEUDI 30 MAI, également chez Papille.

          Y.M.

          DM-1 (31)

          18 avril 1963

          Chez Papille

          L

          YM

          Brandon WilnerCamille Vue

          Viviana Birolli

          Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Quisque lacinia, tortor et auctor dictum, sem lorem molestie nibh, elementum elementum augue felis sit amet ex. Curabitur consequat lacus dolor; at congue nunc sagittis in. Donec semper mi enim, nec commodo nunc rutrum at. Praesent molestie turpis elit, non porttitor elit laoreet quis. Sed faucibus nisi eget laoreet vestibulum. Vivamus in quam quis lacus scelerisque tempus ut non massa. Sed faucibus massa id orci fringilla, quis accumsan justo luctus. Etiam dapibus libero nisi, at commodo est congue ut. Ut pellentesque, justo et tincidunt elementum, diam nibh finibus massa, a efficitur velit diam sed nisi. Nulla at risus gravida, condimentum sem in, cursus elit. Etiam eget mattis justo. Curabitur rhoncus, ipsum malesuada pulvinar sagittis; quam lacus ullamcorper elit, et scelerisque odio arcu a nisi. Etiam hendrerit pellentesque sapien, eu porttitor odio faucibus et.