Compte-rendu de la réunion du 24 août 1962

Image manquante
  


OUVROIR DE


LITTERATURE


POTENTIELLE

Circulaire n°24

Réunion du 24 août 1962

(dans la salle à manger de la Régence)

PRESENTS : BENS, DUCHATEAU, LE LIONNAIS, LESCURE, QUENEAU.

Excusés : Les autres.

PRESIDENT : LE LIONNAIS.

La pluie nous ayant chassé des jardins, nous nous retirons à l’abri.

Queneau présente des documents sur les écrits lipogrammatiques, des remarques de M. Balestra sur les cent mille milliards de poèmes, ainsi qu’un poème isovocalique sur « le vierge, le vivace, etc… »

(Voir annexes  )

LE LIONNAIS : On peut faire des isomorphismes et transformer des poèmes préexistants d’un bout à l’autre.

BENS : J’admire, parce que j’ai essayé les isovocalismes et j’ai pu constater que c’est très difficile. Il y a des verbes insolubles.

QUENEAU : Mais je crois que notre bon Mallarmé est parfaitement potentiel.

Le Lionnais présente alors un poème  
holorime « à répétition ».

(Voir annexes  )

Le Lionnais propose alors de composer un poème tangent à trois poèmes tangents deux à deux. Cela se rapproche du problème d’Apollonius (trois sphères plus une). Les conventions à utiliser sont les suivantes :

  • Inscrire un poème non dans un rectangle mais dans un cercle
  • On appellera « bords » du poème : le premier et le dernier mot de chaque vers, ainsi que le premier et le dernier vers
  • Il y a tangence quand les bords des deux poèmes ont un mot commun

On discute pour arriver à comprendre. On y parvient. On souhaite de nouveaux contacts avec M. Quemada.

LE LIONNAIS : Il nous faudrait un inventaire des « bords » de la littérature française.

BENS : Comment fera-t-on avec le théâtre en vers ? La tirade est-elle un poème ?

Image manquante
  

    LE LIONNAIS : Cela dépend : oui si elle fait un tout. Exemples : le songe d’Athalie, les Stances de Rodrigue.

    QUENEAU : Pour que le problème soit intéressant, il faudrait faire en sorte que le 4ème poème (celui qui est à composer) soit La Jeune Parque.

    BENS : On pourrait essayer avec trois vers, plus un.

    LE LIONNAIS : Ce n’est pas sérieux.

    BENS : C’est un exercice.

    LE LIONNAIS : Un exercice à dissimuler !

    LE LIONNAIS : J’envisage des poèmes anaglyphiques, à lire avec des lunettes rouges et vertes. Et même des poèmes à quatre dimensions.

    QUENEAU (la bouche pleine) : Ch’est quand même métrique, et non topologique. Il faut écrire des vers de la même dimension, sinon ils ne seront pas tangents.

    LE LIONNAIS : Il y a une métrique des bords. L’intérieur est sans importance.

    BENS (entre ses dents) : Hypocrite.

    LE LIONNAIS : J’ai l’intention, d’ailleurs, de proposer l’étude des †séquences/sécances†, et notamment des cordes dans les figures.

    BENS : Il nous épuisera.

    LESCURE (pensif) : Il y a tout de même quelque chose à faire dans le poème évidé.

    QUENEAU : C’est l’œuf de Colomb : on met sa mouillette, il ne reste que le bord.

    (Intermède : deux répliques de « Landru »)

    On reparle de M. Florkin et de Liège. Il y eut des échanges de correspondance. On attend.

    Considérations nombreuses sur le jeu d’échecs.

    Prochaine réunion le 14 septembre 1962.

    J.B.


    OUVROIR DE


    LITTERATURE


    POTENTIELLE

    Circulaire n°24

    Réunion du 24 août 1962

    (dans la salle à manger de la Régence)

    PRESENTS : BENS, DUCHATEAU, LE LIONNAIS, LESCURE, QUENEAU.

    Excusés : Les autres.

    PRESIDENT : LE LIONNAIS.

    La pluie nous ayant chassé des jardins, nous nous retirons à l’abri.

    Queneau présente des documents sur les écrits lipogrammatiques, des remarques de M. Balestra sur les cent mille milliards de poèmes, ainsi qu’un poème isovocalique sur « le vierge, le vivace, etc… »

    (Voir annexes  )

    LE LIONNAIS : On peut faire des isomorphismes et transformer des poèmes préexistants d’un bout à l’autre.

    BENS : J’admire, parce que j’ai essayé les isovocalismes et j’ai pu constater que c’est très difficile. Il y a des verbes insolubles.

    QUENEAU : Mais je crois que notre bon Mallarmé est parfaitement potentiel.

    Le Lionnais présente alors un poème  
    holorime « à répétition ».

    (Voir annexes  )

    Le Lionnais propose alors de composer un poème tangent à trois poèmes tangents deux à deux. Cela se rapproche du problème d’Apollonius (trois sphères plus une). Les conventions à utiliser sont les suivantes :

    • Inscrire un poème non dans un rectangle mais dans un cercle
    • On appellera « bords » du poème : le premier et le dernier mot de chaque vers, ainsi que le premier et le dernier vers
    • Il y a tangence quand les bords des deux poèmes ont un mot commun

    On discute pour arriver à comprendre. On y parvient. On souhaite de nouveaux contacts avec M. Quemada.

    LE LIONNAIS : Il nous faudrait un inventaire des « bords » de la littérature française.

    BENS : Comment fera-t-on avec le théâtre en vers ? La tirade est-elle un poème ?

    LE LIONNAIS : Cela dépend : oui si elle fait un tout. Exemples : le songe d’Athalie, les Stances de Rodrigue.

    QUENEAU : Pour que le problème soit intéressant, il faudrait faire en sorte que le 4ème poème (celui qui est à composer) soit La Jeune Parque.

    BENS : On pourrait essayer avec trois vers, plus un.

    LE LIONNAIS : Ce n’est pas sérieux.

    BENS : C’est un exercice.

    LE LIONNAIS : Un exercice à dissimuler !

    LE LIONNAIS : J’envisage des poèmes anaglyphiques, à lire avec des lunettes rouges et vertes. Et même des poèmes à quatre dimensions.

    QUENEAU (la bouche pleine) : Ch’est quand même métrique, et non topologique. Il faut écrire des vers de la même dimension, sinon ils ne seront pas tangents.

    LE LIONNAIS : Il y a une métrique des bords. L’intérieur est sans importance.

    BENS (entre ses dents) : Hypocrite.

    LE LIONNAIS : J’ai l’intention, d’ailleurs, de proposer l’étude des †séquences/sécances†, et notamment des cordes dans les figures.

    BENS : Il nous épuisera.

    LESCURE (pensif) : Il y a tout de même quelque chose à faire dans le poème évidé.

    QUENEAU : C’est l’œuf de Colomb : on met sa mouillette, il ne reste que le bord.

    (Intermède : deux répliques de « Landru »)

    On reparle de M. Florkin et de Liège. Il y eut des échanges de correspondance. On attend.

    Considérations nombreuses sur le jeu d’échecs.

    Prochaine réunion le 14 septembre 1962.

    J.B.

    DM-1 (23)

    24 août 1962

    Salle à manger de la Régence

    Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Quisque lacinia, tortor et auctor dictum, sem lorem molestie nibh, elementum elementum augue felis sit amet ex. Curabitur consequat lacus dolor; at congue nunc sagittis in. Donec semper mi enim, nec commodo nunc rutrum at. Praesent molestie turpis elit, non porttitor elit laoreet quis. Sed faucibus nisi eget laoreet vestibulum. Vivamus in quam quis lacus scelerisque tempus ut non massa. Sed faucibus massa id orci fringilla, quis accumsan justo luctus. Etiam dapibus libero nisi, at commodo est congue ut. Ut pellentesque, justo et tincidunt elementum, diam nibh finibus massa, a efficitur velit diam sed nisi. Nulla at risus gravida, condimentum sem in, cursus elit. Etiam eget mattis justo. Curabitur rhoncus, ipsum malesuada pulvinar sagittis; quam lacus ullamcorper elit, et scelerisque odio arcu a nisi. Etiam hendrerit pellentesque sapien, eu porttitor odio faucibus et.